Dernière actualisation : mai 2019.

  1. 10choses.com
  2. Des capitales européennes
  3. Madrid

Dix endroits à visiter à Madrid

Itinéraire touristique à Madrid : où aller, quoi voir en un, deux, trois ou quatre jours.

La Grand Place (Plaza Mayor), Madrid, Espagne

Madrid est une ville en perpétuel mouvement, caractérisée par une énergie surprenante, irrépressible. Ses habitants sont hospitaliers au-delà de toute attente et la vie locale est orientée vers les distractions, de jour comme de nuit. D’ordinaire, les habitants de Madrid se couchent très tard le soir : ils se rencontrent souvent entre amis pour déjeuner ou dîner et certains, au bout de la nuit, se rendent directement à leur bureau sans même passer par chez eux.

Vous pouvez entendre beaucoup de propos intéressants concernant la capitale espagnole comme « Madrid, ça me tue » ou « Madrid ne dort jamais ». C’est la mégalopole européenne la plus grande où danser est stimulant et vous allez en apprécier les plats délicieux et les tapas (amuse-bouche). Alors, qu’est-ce qu’un touriste peut faire à Madrid ? Chacun pourra y trouver les distractions qui lui conviennent le mieux : les amateurs d’art pourront y visiter trois musées majeurs (Prado, Reina Sofía et Thyssen-Bornemisza), pendant que ceux qui n’aiment pas les musées passeront leurs vacances dans le quartier de Chueca. Madrid est la ville de la variété ! Nous allons découvrir 10 endroits à visiter durant votre voyage à Madrid.

En bas de cette page, vous trouverez une carte de la ville.

Vous chercher un hébergement à Madrid ? Utilisez le très pratique système de recherche de booking.com. Pour faire des économies, comparez les prix de plus de 50 sites sur hotelscombined.com : vous y trouverez les prix les plus bas pour la chambre qui vous intéresse.

Palais royal, Madrid

1

Le palais royal de Madrid fut construit en 1764. Il se dresse sur les ruines de la première résidence de la famille royale, détruite par un terrible incendie la veille de Noël 1734. Cette forteresse avait été la résidence de la famille royale d’Espagne depuis le XVIe siècle.

Le palais royal, Madrid, Espagne
Le palais royal, Madrid

La façade de cet immense bâtiment fut construite dans le style baroque italien tardif. L’ensemble du bâti s’étend sur une surface de 135 000 mètres carrés et compte plus de 3 000 pièces. Ces caractéristiques en font le plus grand palais royal d’Europe. À l’intérieur du palais sont conservées quelques collections enviables, de grande valeur historique (par exemple, des instruments à cordes signés par Antonio Stradivari, conservés dans la chapelle, ou des vases en céramique ancienne et des rayonnages pour la conservation des plantes médicinales de la pharmacie royale, parmi lesquelles celles qui sont prescrites à la famille royale elle-même). Il abrite aussi une collection d’armes et d’armures, qui ont appartenu aux rois depuis le XIIIe siècle.

Malgré l’ampleur du bâtiment et de ses trésors, les souverains espagnols actuels n’habitent pas dans ces appartements. Leur résidence privée, le palais de la Zarzuela, est située dans la forêt du mont du Pardo, au nord du centre de Madrid. Le palais royal, cependant, reste l’endroit où toutes les cérémonies officielles et les événements publics importants ont lieu.

Comment s’y rendre ? En métro, lignes 5 ou 2, station « Opéra ».

Plaza Mayor, Madrid

2

Imaginez que la Plaza Mayor n’a pas été cette place carrée jusqu’à 1580 ! Auparavant c’était une place de Grève, site des exécutions, des fêtes populaires et des corridas. Entre 1600 et 1800 la place fut endommagée par trois importants incendies.

La Grand-Place (Plaza Mayor), Madrid, Espagne
La Grand-Place (Plaza Mayor), Madrid

L’aspect actuel de cet élégant carré entouré d’immeubles de trois étages est le résultat de la reconstruction de l’ancienne place de l’Arrabal, ordonnée par Philippe II de Habsbourg, qui déménagea au palais royal de Madrid en 1561.

Les premiers travaux furent confiés à Juan de Herrera, puis ensuite à l’architecte Gomez de Mora qui poursuivit la reconstruction de la place et lui donna le style que nous lui voyons aujourd’hui, avec ses cafés et ses boutiques. L’immense statue équestre du roi Philippe III trône au centre de la place.

Neuf rues aboutissent à la Plaza Mayor par neuf entrées, la plus fameuse étant l’Arco de Cuchilleros (littéralement l’arche des couteliers) où débouche sa rue homonyme. L’Arche doit son nom aux fabricants de couteaux qui y avaient leurs échoppes. Sur la place se dresse un grand édifice, la Casa de la Panadería, qui présente deux tours décorées de fresques.

Comment s’y rendre ? En métro, lignes 1, 2, 3, 5, station « Puerta del Sol » ou lignes 2 et 5, station « Ópera ».

Puerta del Sol, Madrid

3

La Puerta del Sol est la place centrale de Madrid et c’est une des attractions les plus plébiscitées de la capitale espagnole. Un des plus vieux immeubles, la Real Casa de Correos, s’y trouve, sa grande horloge sonne la nouvelle année de ses douze coups de minuit.

La Puerta del Sol, Madrid, Espagne
La Puerta del Sol, Madrid

Selon la tradition, chaque coup de l’horloge vous apporte chance et succès pour l’année nouvelle. Vous trouverez aussi à la Puerta del Sol d’autres monuments célèbres de la capitale :

  • La statue de l’ours et de l’arbousier, un endroit de rencontre symbolique pour les amoureux ;
  • La statue équestre du roi Charles III, faite de bronze ;
  • Le « kilomètre zéro » des routes espagnoles, il existe une légende selon laquelle si vous exprimez un vœu en foulant ce point zéro situé sur un trottoir votre vœu sera exaucé.

Comment s’y rendre ? En métro, lignes 1, 2, 3, 5, station « Puerta del Sol ».

Le Parc du Buen Retiro, Madrid

4

Bien que le Buen Retiro fût construit en 1640, il ne fut ouvert au public qu’après la révolution, en 1868, quand il devint propriété du conseil de la ville. En fait, le parc fut conçu comme un lieu de loisir pour la monarchie, après que le duc de Olivares eut fait don de 145 hectares de terre au roi Philippe IV, uniquement à cet effet.

Parc du Retiro, Madrid, Espagne
Parc du Retiro, Madrid

Le théâtre du Buen Retiro y fut construit et les plus fameux artistes du « siècle d’or » (1500, 1600) y ont donné leurs œuvres. On créa une belle salle de banquet appelée « Casón del Buen Retiro » destinée à la noblesse pour qu’elle y tienne des fêtes élégantes. Pour les événements extérieurs et les spectacles on installa deux grandes cages sur une belle prairie, l’une pour y exposer plusieurs espèces d’oiseaux exotiques, l’autre comme scène pour y montrer des bêtes sauvages.

Tout au long de son histoire, le parc du Buen Retiro a fait l’objet de reconstructions et de restructurations variées, et commença peu à peu à accueillir les gens du commun : grâce au roi Charles III, les habitants de Madrid élégamment vêtus pouvaient s’y promener.

Aujourd’hui, le symbole du parc est son merveilleux palais de cristal, bâti sur la rive d’un étang artificiel et sa fontaine. Construit en 1887 pour héberger toute la faune et la flore des îles Philippines en une immense exposition, le palais est intégralement constitué de métal et de panneaux de verre. En 1936 s’y déroula l’élection du Président (gagnée par Manuel Azaña).

Localisation : Plaza Mayor.

Comment s’y rendre ? En métro, ligne 2, station « Retiro ».

Le musée du Prado, Madrid

5

Le Prado est un des plus importants musées au monde et cela vaut la peine de dédier plusieurs heures à sa visite. Le musée ouvrit ses portes en 1819. Au musée du Prado, actuellement, est exposée l’histoire de l’art européen de ces cinq cents dernières années, en une collection qui réunit plus de 9 000 toiles.

Le musée du Prado, Madrid, Espagne
Le musée du Prado, Madrid

Ses murs accueillent des œuvres exceptionnelles :

  • Le Caravage,
  • Le Titien,
  • Vélasquez,
  • Bosch,
  • Goya,
  • Raphaël et bien d’autres peintres célèbres.

Si vous voulez visiter le musée sans affronter le stress d’une foule immense et de salles remplies de monde, nous vous recommandons une visite du Prado les week-ends, quand les gens y sont moins nombreux ou bien vous pouvez encore acheter votre billet d’abord, et visiter le musée ensuite sans avoir à faire la queue. Il existe une salle d’urgence dans le musée qui accueille les personnes affectées du « syndrome de Stendhal ».

Comment s’y rendre ? En métro, ligne 2, station « Banco de España » ou ligne 1, station « Atocha ».

Le musée Reina Sofía, Madrid

6

Dans ce musée vous verrez des œuvres d’art du début du XXe siècle à nos jours. Ce fut dans un premier temps un hôpital, utilisé comme tel jusqu’en 1986, quand le musée Reina Sofía ouvrit ses portes.

Le musée Reina Sofia, Madrid, Espagne
Le musée Reina Sofia, Madrid

Une place toute spéciale est faite dans ce musée aux peintres espagnols, comme Salvador Dali, Joan Miró et Picasso. La principale œuvre exposée dans ce musée, son « joyau de la couronne », est la fameuse « Guernica » peinte par Pablo Picasso en 1937. Cette toile est très grande et occupe virtuellement tout le premier étage. Après avoir vu « Guernica », nous nous recommandons aussi les autres œuvres de l’artiste. Plus de 16 000 œuvres d’art sont exposées dans ce musée (des peintures, des photographies et des sculptures).

Comment s’y rendre ? En métro, ligne 1, station « Atocha ».

Le musée Thyssen-Bornemisza, Madrid

7

Les tableaux exposés dans ce musée furent achetés pour la collection privée du magnat allemand de l’acier, Thyssen-Bornemisza, qui fit fortune lors de la seconde guerre mondiale. Le Baron Hans Thyssen hérita d’une partie de l’immense collection de son père, Heinrich, collection qui fut répartie entre tous ses héritiers après la mort de celui-ci.

Le musée Thyssen-Bornemisza, Madrid, Espagne
Le musée Thyssen-Bornemisza, Madrid

Le baron récupéra beaucoup d’œuvres auprès des membres de sa famille, ciblant en particulier l’impressionnisme allemand. Il ajouta plus tard des toiles de la Renaissance à sa collection qui s’enrichit d’œuvres du début de la période abstraite.

Le musée Thyssen-Bornemisza, qui présente des œuvres de Van Dyck, du Caravage, du Titien et de Claude Monet, fait le bonheur des touristes depuis 1992. Il est situé en face du musée du Prado et en constitue un complément logique.

Comment s’y rendre ? En métro, ligne 1, station « Puerta del Sol » ou ligne 2, station « Banco de España ».

La cathédrale de l’Almudena, Madrid

8

Il existe un autre édifice près du palais royal qui a subi des destructions et reconstructions à plusieurs reprises. C’est la cathédrale de l’Almudena dont l’histoire fut encore plus mouvementée que celle du palais royal. Les vestiges de cinq cents années de batailles y sont conservés, les débats entre le roi et l’évêque catholique de Tolède au sujet de problématiques économiques et politiques.

Cathédrale de l'Almudena, Madrid, Espagne
Cathédrale de l'Almudena, Madrid

En 1624 le roi Philippe IV et son épouse Elisabeth de France décidèrent que la cathédrale de Madrid devait être construite à l’endroit même où s’était dressée l’église de Santa María de la Almudena. Mais la cathédrale fut construite 200 ans plus tard que prévu, du fait de l’instabilité politique et de problèmes économiques. La première pierre fut posée en 1883, mais c’est seulement en 1993 qu’elle ouvrit ses portes au public et fut consacrée par le Pape Jean-Paul II.

Du fait de la lenteur de sa construction, l’aspect de la cathédrale réunit plusieurs styles : la tour clocher romantique, les intérieurs néo-gothiques, les extérieurs néo-classiques et le dôme de style baroque. À l’intérieur se trouve la statue de Notre-Dame de la Almudena et le chemin de croix, illustré de 14 tableaux de style néo-gothique. La porte en bronze de la cathédrale est décorée de figures qui représentent la monarchie catholique et la verrière en vitraux, d’une hauteur de dix mètres, représente Notre-Dame à la fleur de Lys.

Comment s’y rendre ? En métro, ligne 5 ou 2, station « Ópera ».

Que manger à Madrid ?

9

La cuisine nationale madrilène est riche d’une tradition centenaire. Sa principale caractéristique est de combiner les meilleurs mets des différentes provinces d’Espagne. Parmi les plats les plus célèbres citons les suivants :

Plat local : Cocido madrilène, Madrid, Espagne
Plat local : Cocido madrilène, Madrid
  • Le cocido madrilène (soupe chaude composée d’ingrédients variés : pommes de terre, légumes, viande de porc et autres, bacon et pois chiches) ;
  • Les fameuses « tortillas » (omelette de pommes de terre, huile et sel) ;
  • Les tripes à la madrilène (tripes de bœuf cuites à la vapeur) ;
  • Les tapas (petits amuse-bouches de légumes, poissons et fruits de mer, servis en accompagnement de vin ou de bière).

La farine, les œufs, le sucre et les amandes sont les ingrédients essentiels de presque tous les desserts de Madrid :

  • Huesos de Santo (petits cornets à la crème renversée, amande et crème) ;
  • Rosquillas de San Isidro (une sorte de beignet au blanc d’œuf) ;
  • Churros (sorte de beignets allongés, sucrés, servis avec un épais chocolat chaud).

Rappelez-vous que, à Madrid, vous allez manger plus tard que dans aucun autre pays européen : petit déjeuner à 9 heures, déjeuner entre 14 et 15 heures et le dîner entre 21 et 22 heures.

Notre conseil : si vous souhaitez prendre un café, demandez au garçon un « expresso ». Sinon on vous apportera une boisson noire d’un goût et d’un arôme indéfinis.

Où dormir à Madrid ?

10

À Madrid, il est très facile de trouver un endroit où dormir, grâce aux très nombreux hôtels, chambres d’hôtes, auberges et pensions.

Vous pouvez vraiment trouver tout ce que vous cherchez à Madrid : depuis des chambres dans des hôtels extrêmement luxueux et très chers, aux chambres d’hôtes où vous pourrez vous sentir comme à la maison, grâce à la gentillesse et à l’hospitalité des propriétaires.

Vous chercher un hébergement à Madrid ? Utilisez le très pratique système de recherche de booking.com. Pour faire des économies, comparez les prix de plus de 50 sites sur hotelscombined.com : vous y trouverez les prix les plus bas pour la chambre qui vous intéresse.

Texte imprimé depuis le site 10choses.com